Le blog des éditions Libertalia

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 90 |

Véronique Decker dans Politis

lundi 6 novembre 2017 :: Permalien

— REVUE de PRESSE —

Dans Politis, 13 juillet 2017.

Conseils de classe

Véronique Decker livre son quotidien de directrice d’école en Seine-Saint-Denis et décrit la réalité des quartiers populaires, loin des clichés.

« Oui le niveau baisse, mais pas le niveau des élèves, le niveau de la qualité de l’action de l’action de l’État social que nous n’avons pas su exiger. » Véronique Decker, directrice d’une école de la cité Karl-Marx, à Bobigny, a l’art de la formule pour désigner les responsables de la déroute qui menace l’école dans l’un des départements les moins favorisés de France : la Seine- Saint-Denis. C’est là que cette institutrice, syndicaliste et citoyenne engagée, enseigne depuis plus de trente ans. Elle avait déjà commencé à raconter son expérience, l’an dernier, dans Trop classe ! Enseigner dans le 9-3 (Libertalia). Elle donne une suite à ce premier livre avec L’École du peuple. Le titre fait directement référence au pédagogue français Célestin Freinet, auteur de Pour l’école du peuple.
Dans son établissement, Véronique Decker s’efforce de mettre en œuvre cette pédagogie coopérative et émancipatrice. Mais, pour autant, son ouvrage n’a rien d’un essai universitaire sur le sujet. L’auteure livre au lecteur 64 billets pétillants, agrémentés d’anecdotes et de cas pratiques, où Freinet apparaît simplement en filigrane. Un récit très concret, donc, mais qui ne se complaît pas dans l’anecdotique. Il est aussi politique, exposant les vrais problèmes auxquels enseignants, élèves et parents sont confrontés dans ces quartiers populaires : pauvreté, santé, logement, ghettoïsation, etc., là où la délinquance ou la religion sont le plus souvent dans le viseur des médias.
L’enseignante évoque par exemple cette chaudière qui ne sera remplacée qu’après onze pannes et un trimestre parce que la mairie n’était pas en mesure de la financer (billet 38). Ou encore les heures passées à appeler le 115 pour trouver un hébergement d’urgence à des familles d’élèves (billet 44). Car être directrice d’école à Bobigny, ce n’est pas juste être chef d’établissement, c’est aussi affronter les réalités parfois tragiques que vivent les élèves et leurs familles.
Véronique Decker décrit également les impasses des réformes successives, lesquelles consistent le plus souvent à demander aux enseignants de faire mieux avec moins, le « redéploiement » des personnels qui permet d’éviter d’embaucher, les « Rep + », dernier nom des zones d’éducation prioritaire, qui lui font se poser la question : « Rep plus de quoi ? » (billet 53).
Ni angélique ni misérabiliste, souvent drôle malgré le caractère dramatique des situations vécues, ce petit livre donne à voir une école populaire loin des clichés, dans sa dure réalité, mais aussi avec humanisme et une forme d’optimisme. Pour son dernier billet, Véronique Decker écrit ainsi : « L’école du peuple, c’est un projet à construire, avec l’objectif de faire de nos enfants un seul peuple défendant un projet commun à toute l’humanité, au lieu de hisser des winners écrasant tout sur leur passage à la tête du monde à venir. »
Un ouvrage à conseiller d’urgence à nombre de nos politiques.

Vincent Richard

Réfugié, dans Silence

lundi 6 novembre 2017 :: Permalien

— REVUE de PRESSE —

Publié dans le mensuel Silence (octobre 2017).

« Emmanuel Mbolela : semeur de solidarités entre migrant·es »

Persécuté pour des raisons politiques, l’auteur a fui la République démocratique du Congo (RDC, ex-Zaïre) en 2002, à l’âge de 29 ans. Six ans de voyage, à travers le Cameroun, le Nigéria, le Mali, le Sahara algérien, jusqu’à la nasse marocaine où il est resté bloqué quatre ans. Comme des milliers de migrants, il a été confronté au business des passeurs, au racket des douaniers, au travail forcé. C’est au Maroc que, refusant le statut de victime muette, il a fondé avec des compatriotes la première association de réfugiés congolais, l’Arcom, qui a été à l’origine de l’organisation de la défense et de la protestation contre les conditions indignes imposées aux réfugié-es. Cette association a créé au Maroc une maison de protection réservée aux femmes migrantes, doublement victimes de violences. C’est aussi là qu’il a entrepris son récit. En 2008, Emmanuel Mbolela a fini par obtenir l’asile politique aux Pays-Bas. [MD]

Emmanuel Mbolela, a dû fuir la République du Congo après la manifestation étudiante dont il a été l’un des principaux organisateurs à Kinshasa en avril 2002. Depuis, du Maroc à l’Europe, il a lutté pour déconstruire les stéréotypes liés aux migrant·es et contribuer à mettre en place des outils de solidarité.

Quinze ans après son départ de la République du Congo, Emmanuel Mbolela poursuit son combat en s’aidant de sa plume, grâce à son livre Réfugié qui a été édité en langue allemande en juin 2014, puis en français en janvier 2017 aux éditions Libertalia. Son récit entrepris en 2004 au Maroc et finalisé à Dordrecht (Pays-Bas) en 2014 relate en première partie le périple ordinaire d’un migrant qu’il résume ainsi dans son introduction : « En route vers l’Europe, comme tant d’autres, j’ai été dévalisé dans le désert, j’ai dû travailler au noir à Tamanrasset, me cacher durant des mois à Alger, puis franchir clandestinement la frontière entre Algérie et Maroc où je suis resté bloqué quatre longues années. »
Mais il n’en reste pas là ! « Au Maroc, la police poursuivait sans trêve sa chasse aux migrant.es et arrêtait sans distinction les sans-papiers et les demandeurs d’asile titulaires d’un récépissé, voire même les réfugié·es statutaires ! Et ce n’était pas le seul problème. L’accès aux soins dans les hôpitaux nous était refusé, même en cas d’extrême urgence. De même, les Ambassades des pays africains ne portaient pas secours à leurs ressortissants en détresse. Avec une dizaine de camarades, nous nous sommes battu·es sur tous les fronts pour nos droits. »
Il a fallu alerter les associations qui défendent les droits humains, le Haut Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés, la Cimade (Comité inter-mouvements auprès des évacués), l’Église catholique, la Fédération protestante, Médecins du monde, Caritas… « Nous avons organisé des occupations de bureaux, manifesté, expliqué, négocié… Je ne suis pas resté les bras croisés pendant ces quatre années où j’ai été bloqué au Maroc », dit Emmanuel.

La solidarité entre migrant·es
Aujourd’hui, à travers ses conférences publiques et dans les établissements scolaires il fait passer des messages très simples et essentiels : par exemple que les migrant·es ne sont pas seulement des victimes, mais des femmes et des hommes capables de réfléchir à leur situation et de s’organiser. Le sens de la solidarité qu’elles développent joue un rôle essentiel. Les migrant·es forment un petit monde que personne ne connaît et qui protège des centaines de personnes. C’est entre 2004 et 2008 qu’Emmanuel a créé et commencé à développer l’Arcom (Association des réfugiés et demandeurs d’asile congolais au Maroc) pour changer le regard de ce pays sur les migrant·es.

Une maison de repos pour les femmes au Maroc
Dans son livre et dans ses conférences, il parle beaucoup des femmes, car il a pu constater au long de son périple à travers l’Afrique qu’elles étaient triplement victimes ; victimes à égalité avec les hommes, mais de plus, de la violence et de l’irrespect de leurs compagnons d’infortune, et chargées des enfants qu’elles assument le plus souvent seules. C’est pourquoi la première de ses actions dans ce Maroc inhospitalier qu’il a découvert a été la création d’une maison de repos pour les femmes, un lieu où elles vont pouvoir dormir sous un toit, trouver de l’eau, de la nourriture et une écoute, un accueil pour les enfants (une sorte d’école alternative), puis petit à petit apprendre elles-mêmes à lire et à écrire, rencontrer des familles marocaines, leur parler, se faire accepter…
Aujourd’hui, l’association Arcom qu’Emmanuel continue de présider et où il se rend chaque année loue trois appartements à Rabat, qui permettent de recevoir une trentaine de femmes. Trois personnes y assurent l’accueil et l’entretien. « Des structures d’accueil comme celle-là, il en faudrait dans toutes les grandes villes du Maroc, mais les frais de fonctionnement (qui s’élèvent déjà à 5 000 € par mois) nécessitent un travail de recherche de financement épuisant auprès de toutes sortes d’institutions : l’Union européenne, des ONG, le réseau Afrique-Europe-Interact, constitué début 2010 au niveau transnational. Le Forum Civique Européen, réseau international de solidarité qui organise des interventions directes avec de simples citoyens engagés, mettant ainsi en lumière des dysfonctionnements sociaux peu ou pas dénoncés. »

« En Afrique, manger seul, ça n’existe pas »
Le 1er avril 2008, Emmanuel découvre l’Europe. On lui avait proposé une place dans un programme d’installation en Hollande. L’accueil à Amsterdam a été bon, trois mois plus tard il a trouvé un logement dans un village touristique où il était le seul Congolais. C’était l’isolement total. Anonymat dans l’immeuble et dans la ville où chacun vit pour soi. « Difficile de manger. Manger seul, ça n’existe pas en Afrique. Au Maroc, cette convivialité existait. Les réfugiés, avec ou sans papiers, faisaient la cuisine ensemble et partageaient le repas (qu’ils aient pu participer à l’achat de la nourriture ou pas). »
Au bout d’un an, il essayera de faire venir des membres de sa famille. La première condition pour effectuer la demande est d’avoir un contrat de travail stable et de gagner un salaire supérieur au minimum garanti. Qui peut obtenir ça ?
Ensuite, des quantités de documents certifiés par l’ambassade des Pays-Bas à Kinshasa sont exigés. « Une première fois, cela m’a coûté 3 000 € et je n’ai jamais reçu les pièces validées. Envolées ! elles étaient soi-disant reparties par la valise diplomatique. Il a fallu recommencer toute la procédure. La deuxième fois, j’ai eu recours à une messagerie privée, cela a coûté 5000 € et la demande a été rejetée. Deux ans de démarches sans résultat ! »
Depuis, il a eu l’opportunité de s’engager au sein du réseau Afrique-Europe-Interact et d’effectuer des missions dans de nombreux pays. Ses voyages lui ont permis de constater que des centaines de millions étaient consacrés à ériger des défenses inutiles telles que frontières, murs, sans jamais soulever les vraies questions sur ce qui pousse des jeunes à mordre à l’hameçon de groupes terroristes. « Je fais mienne la phrase de Malala Tousafzai (jeune femme afghane) : “Avec les armes on peut tuer les terroristes, mais avec l’éducation on tuera le terrorisme.” »

Entretien avec Monique Douillet le samedi 20 mai au Centre culturel Boris Vian à Vénissieux où se tenait une conférence. Publié dans le mensuel Silence (octobre 2017).

Le Grand Soir dans Siné Mensuel

lundi 6 novembre 2017 :: Permalien

— REVUE de PRESSE —

Dans Siné Mensuel, octobre 2017.

L’orage des révoltes en marche

Ce que visent à la fin du XIXe siècle les bosseurs en pétard misant sur le Grand Soir, ce n’est pas de toucher un peu plus, c’est le « chambardement général ».
Un brûlot des éditions Libertalia tout à fait d’actualité est axé sur ce trip insurrectionnel.

Avec une exaltation et une minutie irrésistibles, la nouvelle venue Aurélie Carrier retrace l’histoire de l’attente bouillante du Grand Soir à la Belle Époque. Une histoire qui commence par un constat cinglant : après 122 ans, rien n’a changé. Comme sous la monarchie, il y a des châteaux et des taudis, des riches étoffes et des haillons, des myriades de victuailles et des crève-la-faim, du charbon à la pelle et des gelés jusqu’aux os. Pas de doute, les fieus : l’exploitation de l’homme par l’homme continue. Ce qui amène à la longue les prolos « aux yeux farcis de bouse de vache », comme les décrit Émile Pouget, à imaginer un remède féerique à tous leurs maux : « L’embrasement de la société en un seul soir. » « Le vent souffle en tempête et tout flambe, précise Idan Ehrly dans Le Libertaire du 8/10/1899. Les usines où tant d’esclaves laissèrent leur peau, les casernes où tant de pauvres enfants laissèrent leur cœur, les églises où tant d’humiliés laissèrent leur cerveau ; et les banques, les palais et les lupanars, tout flambe… »
C’est le moment pour Aurélie, restons concret, de s’interroger sur « la capacité de résonance de ce rêve du Grand Soir sur les pratiques sociales » d’hier et d’aujourd’hui. Et de battre le rappel des divers modes de combat fulgurants contre l’ordre autoritaire-marchand influencés par l’obsession du grand grabuge : les destructions judicieuses, le syndicalisme révolutionnaire à la Père Peinard, la grève insurrectionnelle, le sabotage, l’expérimentation de contre-sociétés jouissives…
On reste dans le noir de la révolte anarcho-flibustière sans quartier avec le tout premier ouvrage non-romancé (palpitant de bout en bout, des hourras pour Yves Meunier !) sur la téméraire Bande noire (éd. L’Échappée) qui, entre 1882 et 1884, dans le bassin minier de Saône-et-Loire, dynamita moult édifices religieux et résidences de petits chefs serviles.

Noël Godin

La Révolution russe dans Siné Mensuel

lundi 6 novembre 2017 :: Permalien

— REVUE de PRESSE —

Dans Siné Mensuel, septembre 2017.

« La liberté ou la mort ! »

La vraie révolution russe spontanée, fraternelle, enivrante, anti-chefs, anti-flouze, anti-popes, anti-koulaks a réellement eu lieu avant d’être massacrée à la tronçonneuse capitaliste d’État.

Pour bien avoir les yeux en face des troubles qui ont balayé en Russie l’autocratisme tsariste, qui ont ponctué en 1905 et 1917 de balèzes insurrections libertaires ébauchant un monde nouveau et qui ont été dégueulassement vampirisés par le « fascisme rouge » lénino-stalinien, trois livres réellement bien fricassés cavalcadent depuis peu tels des cosaques de la liberté sans mors ni sangles.
Soit deux rééditions choc. Celle de La Révolution russe (1934) de l’ultra passionnant historien anar Voline (éd. Libertalia), un tableau synthétique éperonnant des combats anti-absolutistes dans le pays de 1825 à 1934. Et Makhno une épopée (1972) d’un des principaux chantres de l’illégalisme rouge et noir, Malcom Menzies, qui retrace puissamment chaque épisode de la « makhnovchtchina », une tentative réussie entre 1917 et 1921 de révolution paysanne radicale en Ukraine méridionale acculée pour survivre à livrer bataille à la fois contre les armées blanches, contre les nationalistes ukrainiens puis contre l’Armée rouge commandée par Trotski.
La troisième sortie devrait faire grimper à l’échelle Poutine (le bon peuple retrouvant sa mémoire pourrait se réveiller !), c’est celle de Vive la révolution, à bas la démocratie ! (Mutines séditions), une reconstitution collective costaude des grèves, expropriations, attentats et émeutes qui ont panaché en 1905 l’émergence des premiers soviets hors partis et syndicats.

Noël Godin

Comment peut-on être anarchiste ? dans CQFD

lundi 6 novembre 2017 :: Permalien

— REVUE de PRESSE —

Paru dans CQFD, septembre 2017.

Cap sur l’utopie

« Paris, soulève-toi avec rage et joie » (Tag anti-Loi Travail)

Comment peut-on être anarchiste ? en nos temps cyniques où règne le réformisme « ne réformant jamais rien » demande l’impétueux Claude Guillon dans son recueil d’articles, de tracts et de posts sans merci (2000-2015) portant ce titre que les éditions Libertalia ont eu le cran de sortir. Et l’auteur des cravachants La Terrorisation démocratique (Libertalia aussi) et de Notre patience est à bout (IMHO) de répondre on ne peut plus concrètement et explosivement à sa question tout au long du brûlot : en faisant la révolution, jambon à cornes !, « la révolution étant le projet collectif de la libre association d’individus libres qui commencent à changer le monde dès maintenant ». Effectivement, précise Guillon, « pour que l’utopie soit la sœur de l’action, il est possible de commencer tout de suite, dans chaque mouvement de résistance sociale, à expérimenter de nouveaux rapports : se réunir sans les vieilles organisations, occuper des lieux privés ou publics et en faire des lieux de vie et de libre expression, vérifier dans les risques partagés et les victoires communes que l’on gagne à se connaître ». Et plus loin : « Nous n’avons d’autre choix que nous déclarer nous aussi en état d’urgence. On se bouge. » On se bouge en se ralliant aux insurrections libertaires visant « l’utopie d’un monde sans frontière, sans argent et sans chefs ». S’il est vain, continue le polémiste, de dresser par avance le catalogue des mesures révolutionnaires qui s’imposent, on peut d’ores et déjà établir, « pour donner des ailes à la pensée critique », qu’il ne s’agira pas d’autogérer cette société piteuse mais de la transformer malicieusement, de bannir tout espèce de rapport de pouvoir ou d’autorité, de veiller à ce que la liberté personnelle soit confirmée par la liberté de tous, d’exalter fourieristement les expérimentations amoureuses, ou d’accepter que les assemblées générales souveraines prenant des décisions clés puissent être constituées par les manifestants dans la rue.

Dans cet état d’esprit « tout, tout de suite » et « à la rue de tracer des perspectives audacieuses », on se délecte avec la version papier des fracassantes chroniques internautiques, de mars à août 2016, du journal en ligne lundi-matin@riseup.net, un des meilleurs hymnes que nous connaissions aux débordements séditieux jouissifs (éditions lundimatin, 78 rue de constantine, 76000 Rouen). « Il faut substituer à la fiction d’une société la réalité d’une pluralité de mondes exprimant et incarnant chacun une idée propre de la vie, du bonheur. »

Pas le courage de vous résumer le dernier pensum de Philippe Riviale, le grand spécialiste de Fichte et Heidegger (mais également de Fourier) à ambitions subversives, Abolition de la conscience en civilisation marchande, règne de la valeur (L’Harmattan) qui devrait nous aider à « nous tirer de la torpeur du déjà-là, de la supposée réalité, de l’en-soi du monde ». Contentons-nous d’examiner la note 4 de la page 10 de l’ouvrage décrétant que « vouloir réfuter MM. Rosanvallon, Marcel Gauchet, Luc Ferry, Alain Renault, André Comte-Sponville et d’autres plus déplorables encore est comme essayer de planter un couteau dans du beurre mou ». Une allégation sans fondements scientifiques : je viens de réussir à planter utopistement un couteau à poisson dans une motte de beurre mou. Essayez donc pour voir.

Noël Godin

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 90 |