Le blog des éditions Libertalia

1 | ... | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | ... | 97 |

Antisionisme = antisémitisme ? dans Le Soir

jeudi 8 février 2018 :: Permalien

— REVUE de PRESSE —

Le Soir , 6 février 2018.

Ne pas confondre antisionisme et antisémitisme…

« Nous ne céderons rien à l’antisionisme, car il est une forme réinventée de l’antisémitisme. » Contrairement aux apparences, cette phrase n’a pas été prononcée par l’Israélien Benyamin Netanyahou mais bien par le président de la République française, Emmanuel Macron, le 16 juillet 2017.
Elle en avait fait sursauter plus d’un. Dont Dominique Vidal, qui a décidé d’écrire un petit livre, Antisionisme = antisémitisme ? Réponse à Emmanuel Macron.
En trois chapitres qui narrent l’histoire du sionisme, de l’antisionisme et de l’antisémitisme, le lecteur se familiarise ainsi avec des notions qui ne lui sont peut-être pas limpides. Cent seize pages format poche. Du grand art.
L’historien Dominique Vidal, un journaliste chevronné qui a fait l’essentiel de sa carrière au Monde diplomatique, connaît la matière pour la pratiquer depuis plusieurs décennies. Son approche, didactique, permet aux profanes ou aux sceptiques de mieux saisir les enjeux lexicaux à partir d’une approche historique. Car il ne faut pas s’y tromper, justement : antisionisme et antisémitisme sont bien deux concepts différents.
D’ailleurs, de nombreux Juifs opposés à la création d’un État juif ont jalonné l’histoire même du sionisme. Ils étaient antisionistes, assurément pas antisémites. Et il en reste…
Comme le dit l’auteur, l’antisionisme est une opinion tandis que l’antisémitisme est un délit. Mais voilà, la manœuvre consiste à amalgamer les notions. Pour mieux faire taire les critiques contre Israël. À l’heure où ce pays, mené par un gouvernement de la droite extrême, connaît un isolement croissant, ses partisans acharnés recourent volontiers à cet amalgame. Dominique Vidal explique en quoi Emmanuel Macron, en s’associant à cette confusion, commet « une erreur », voire « un dérapage ».

Baudouin Loos

Un court moment révolutionnaire dans Les Cahiers de l’Institut CGT d’histoire sociale

jeudi 8 février 2018 :: Permalien

— REVUE de PRESSE —

Dans Les Cahiers de l’Institut CGT d’histoire sociale, n° 144, décembre 2017.

Les lecteurs des Cahiers connaissent bien Julien Chuzeville. Cet historien du mouvement ouvrier a publié de très intéressantes monographies dont nous avons déjà souligné l’intérêt. Avec cette dernière livraison, l’auteur nous livre sa lecture de la création du parti communiste français. Né de la scission opérée à Tours en 1920 au congrès socialiste, le parti communiste français plonge ses racines dans le choc profond pour certains que fut le ralliement du mouvement ouvrier français à l’Union sacrée. C’est dans le vivier des militants du Comité pour la reprise des relations internationales et des zimmerwaldiens que va naître la génération qui opère la rupture de 1920. Très largement imprégnée par la culture du syndicalisme révolutionnaire, une première génération du parti communiste français, dont Fernand Loriot, Boris Souvarine et Pierre Monatte sont les principales figures, se construit en opposition au parti socialiste d’avant-guerre. Mais cette tendance se heurte rapidement à la construction d’un appareil très largement piloté et aidé par l’Internationale communiste. En 1924, le processus de bolchévisation est arrivé à son terme au prix de nombreux ruptures et départs. Un livre qui s’appuie sur des archives en partie inédites et qui fournit en outre sur la création de la CGTU un tableau clair et précis sur les enjeux de la scission syndicale. Bref, lisons Julien Chuzeville !

J. B.

Refuzniks dans Alternative libertaire

jeudi 8 février 2018 :: Permalien

— REVUE de PRESSE —

Dans Alternative libertaire n° 280, février 2018.

Quarante-sept portraits de citoyens israéliens qui ont refusé de servir dans l’armée de leur pays sont photographiés, servis d’un texte percutant.
Des refuzniks comme on les appelle depuis que ce mouvement a essaimé avec la guerre du Liban. « Schministin, pacifistes, rescapés d’une tentative de suicide, réformés, réservistes », il faut du courage pour s’insoumettre dans un pays en état de guerre permanente où il est un devoir de protéger les frontières. Le photographe Martin Barzilai a commencé ce reportage en 2008 dans le village de Ni’ilin où des manifestations contre le mur avaient lieu. La préface d’Eyal Sivan est éclairante sur la situation des insoumis : « Le numéro d’identifiant militaire est appelé tout simplement numéro personnel… » Le professeur Leibovitz ajoute : « Ici, l’insoumission relève de l’héroïsme. » Taïr Kaminer, emprisonnée cent cinquante jours pour refus de servir une armée d’occupation raconte : « Cela fait partie de la problématique générale de ce pays, tout est relié à la peur. »
Que dire d’Omer Goldman, figure d’Antigone et fille d’un général membre du Mossad qui a passé deux mois en prison et dont le père promettait de venir lui jeter des cacahouètes en détention où il n’est finalement jamais venu la voir.

C. G.

Refuzniks dans Union pacifiste

mardi 6 février 2018 :: Permalien

— REVUE de PRESSE —

Publié dans le mensuel Union pacifiste, février 2018.

Témoignages de refuzniks

Beau livre émouvant de vérité disparate, document argumentaire donnant à voir des trajectoires individuelles aux motivations multiples et singulières. Pour ne rien gâter, la présentation typographique est agréable avec des photographies en couleur pleine page ; l’auteur, Martin Barzilai, d’ailleurs photographe, a choisi de dresser le portrait de près d’une cinquantaine de jeunes gens, et de moins jeunes, qui risquent la prison, et qui y vont, parce qu’ils et elles refusent de faire leur service militaire ou de combattre dans les territoires occupés par Israël. On estime à plusieurs milliers ces réfractaires qui, depuis la création de l’État d’Israël, ont refusé de servir à un moment ou un autre. Pour ne pas monter ces faits en épingle, la hiérarchie militaire préfère quelquefois en réformer les acteurs et les actrices.
Il faut savoir que sont dégagés de l’obligation militaire les Palestiniens citoyens d’Israël et les juifs religieux ultraorthodoxes.
Eldar Brantman pense que, « si Israël n’avait pas son armée, ce pays ne pourrait pas exister. La situation est compliquée car aucun pays limitrophe ne veut de nous. Je ne sais pas si une solution est possible. Nous sommes arrivés ici et les Palestiniens étaient déjà là. Nous sommes ici à cause de la Seconde Guerre mondiale, de l’Holocauste… Nous avions besoin de trouver une terre. Ce qui arrive aux Palestiniens n’est pas juste. Je comprends les deux côtés ».
« C’était important de défendre mon pays », déclare Avner Wishnitzer. Puis : « Je me suis rendu dans les territoires occupés avec des militants. Là, j’ai vu la façon dont vivaient les Palestiniens et comment se comportait l’armée. Aujourd’hui, l’armée ne protège plus Israël, mais défend le projet de colonisation. »
Pour Meir Amor, les Juifs, parce qu’il leur fallait un endroit pour vivre, ont pris leurs terres aux Palestiniens, mais que « le courage était aussi de trouver une solution pour la paix ». Pour lui, la société israélienne est une société de classes fondée sur une première spoliation des « Arabes » et sur une fracture entre Ashkénazes (venus d’Europe) et Mizrahim (venus du Maghreb ou du Moyen-Orient).
« On ne parle jamais de la violence employée contre eux [les Palestiniens]. D’un côté, nous colonisons leurs terres et nous les poussons dehors pour créer des colonies. Et, d’un autre, quand ils y sont hostiles ou violents, le discours est de dire que nous colonisons pour sécuriser Israël », rapporte David Zonsheine.
Il y a cependant un consensus pour dire que « chaque pays a le droit de se défendre, mais pas d’attaquer les civils ».
Le refus d’Alona peut paraître des plus prosaïques : « Je ne voulais pas être là », à l’armée ; « il n’y avait donc pas de raison pour que je le porte », l’uniforme. Pour Omri, une autre femme : « Tout a commencé par une prise de conscience autour d’une chose simple : la valeur de la vie. Je suis contre le fait de prendre une vie. Que ce soit celle d’un animal ou celle d’un être humain. Je suis vegan aujourd’hui et végétarienne depuis mon plus jeune âge. »
Tamar Katz est pacifiste : « J’ai toujours détesté toute forme de violence. »
Yasso, elle, déclare avoir « toujours été sensible à ce que vivaient les Palestiniens ».
Haggai Matar avait participé à un convoi pour la paix en Cisjordanie afin d’aider à reconstruire les maisons des Palestiniens qui avaient été détruites par l’armée. « Plus je me rendais dans les territoires, plus je comprenais que les soldats n’étaient pas les seuls responsables des violences, mais qu’il s’agissait de tout un système qui poussait à la brutalité. »
« La décision que j’ai prise à 17 ans, déclare Gadi Elgazi, était qu’il fallait refuser de servir de façon collective en le revendiquant, et non de se racheter une conscience individuelle dans son coin. »
En 1982, alors que l’armée israélienne envahissait le Liban, un vieil homme, dans une cinémathèque de Jérusalem, apostrophait l’assistance : « Je vous appelle à organiser l’insoumission collective. Je vous incite à la révolte. » C’était Yeshayahu Leibowitz, rare intellectuel à soutenir le refus.
La situation semble donc inextricable parce que la société israélienne dans son ensemble ne veut pas d’une paix qui « signifierait une transformation structurelle majeure : il faudrait traiter les Palestiniens d’Israël comme des citoyens à part entière, partager les terres et surtout changer la politique économique de la guerre en une politique économique de la paix ».
« Si on lit les déclarations des généraux israéliens, déclare encore Gadi Elgazi, on comprend que leur idée n’est pas de gagner contre les Palestiniens. Ils veulent “tondre la pelouse” : l’herbe pousse, et il faut régulièrement la couper, tous les deux, trois ou quatre ans. Et il faut habituer les Israéliens à un état de guerre permanent. »
En ce mois de décembre 2017, Donald Trump, président des États-Unis, a jeté de l’huile sur le feu en reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël. Son initiative ne vise pourtant qu’à satisfaire sa base électorale en prévision de la campagne présidentielle de 2020. Le Monde, en sous-titre de son édition du 8 décembre 2017, écrit : « La reconnaissance de Jérusalem est très populaire dans la partie spécifique de l’électorat, celle des chrétiens évangéliques. » Quatre-vingt pour cent d’entre eux sont « convaincus d’un don divin d’Israël au peuple juif ».
Par ailleurs, la campagne BDS (boycott, désinvestissement, sanctions) poursuit sa route sans doute trop discrètement.
L’espoir vient de ces refuzniks qui, bien que très minoritaires, posent des actes car « refuser, c’est simplement défendre la dignité humaine et signaler à nos amis palestiniens qu’il y a un futur à bâtir, ensemble, au-delà de la domination ».

Rappelons que, en 2016, Les Éditions libertaires ont publié Les Anarchistes contre le mur avec une présentation d’Uri Gordon et d’Ohal Grietzer (138 p).

André Bernard

Entretien avec Dominique Vidal dans L’Humanité

vendredi 26 janvier 2018 :: Permalien

— REVUE de PRESSE —

Entretien réalisé par Pierre Barbancey, publié dans L’Humanité, 9 janvier 2018.

« Amalgame entre antisionisme et antisémitisme, la faute grave de Macron ».

Journaliste et historien, auteur de nombreux ouvrages consacrés au Proche-Orient, Dominique Vidal s’élève, dans un nouveau livre contre les accusations d’antisémitisme qui frappent tous les critiques d’Israël.

Si l’on en croit Emmanuel Macron, Manuel Valls ou encore Anne Hidalgo, toute critique d’Israël relèverait de l’antisémitisme. Cela ne masque-t-il pas un autre discours ?
Dominique Vidal : Sans ignorer Manuel Valls et Anne Hidalgo, qui font du zèle, ce qui me paraît le plus grave, c’est l’initiative prise le 16 juillet 2017 par le président de la République. Non content d’inviter - pour la première fois - le Premier ministre israélien, incarnation de l’ultranationalisme, à la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv et de lui donner du « cher Bibi », il a repris à son compte - pour la première fois aussi - l’amalgame de la propagande israélienne entre antisionisme et antisémitisme. C’est une faute politique, car on ne saurait transformer une opinion en délit. Les sionistes prétendent interdire l’antisionisme. Les communistes exigent-ils l’interdiction de l’anticommunisme, les gaullistes celle de l’antigaullisme ou les ultralibéraux celle de l’altermondialisme ?
Cette faute politique se double d’une erreur historique. Jusqu’en 1939, l’écrasante majorité des Juifs rejetait le projet sioniste. Et si, ensuite, le génocide nazi a poussé nombreux d’entre eux vers la Palestine, la majorité ne vit toujours pas en Israël. La majorité des Juifs du monde est-elle antisémite ?
Cette manœuvre est cousue de fil blanc : il s’agit pour Benyamin Netanyahou de faire taire les critiques de sa politique. De fait, il n’a jamais été aussi isolé dans l’opinion mondiale.

Les États-Unis viennent de reconnaître Jérusalem « capitale d’Israël ». Est-ce un tournant dans la politique états-unienne ? Quelles peuvent en être les conséquences ?
Non seulement cette décision viole les résolutions de l’ONU, mais elle tourne le dos aux positions affichées, de longue date, par leur diplomatie : contre la colonisation, pour deux États ayant chacun leur capitale à Jérusalem. Ce parjure sème le doute sur la parole des États-Unis et les disqualifie comme médiateurs.
Malgré l’isolement de Trump à l’ONU, cette provocation risque d’avoir de graves conséquences. Car elle encourage la radicalisation de la droite et de l’extrême droite au pouvoir à Tel Aviv qui, tout en accélérant la colonisation, veulent désormais annexer le reste de la Palestine. La Knesset a adopté une loi en ce sens le 6 février dernier. Une autre permettra l’annexion des cinq blocs de colonies situés à l’est de Jérusalem, « bétonnant » l’hégémonie juive dans la ville et interdisant la naissance d’une capitale palestinienne. Sans parler de la nouvelle loi « verrouillant » Jérusalem. Même le Likoud, jusqu’ici plus prudent, exige l’annexion de la Cisjordanie.
Au-delà, le président américain pourrait porter un coup mortel à la solution des deux États, au profit d’un seul État où les Palestiniens n’auraient aucun droit - un apartheid à l’israélienne…

La politique française au Proche-Orient a-t-elle changé depuis l’accession à la présidence d’Emmanuel Macron ?
Franchement, la politique proche-orientale du président de la République donne le tournis. Officiellement, il se prononce pour la création d’un État palestinien aux côtés d’Israël avec Jérusalem-Est pour capitale. Mais il refuse de reconnaître cet État pourtant entré à l’ONU et à la Cour pénale internationale. En revanche, il semble être intervenu, fin 2017, en faveur de la libération de Salah Hamouri - il était temps !
Mais il n’y a pas que la situation en Palestine. La France d’Emmanuel Macron est absente du conflit syrien comme du chaos libyen. Elle se pose en libératrice du Premier ministre libanais, mais se tait devant les crimes perpétrés par l’Arabie saoudite et ses alliés au Yémen… À quand une grande initiative pour faire baisser la tension entre Ryad et Téhéran et empêcher qu’elle ne débouche sur une guerre régionale ?

Revenons sur la campagne menée par Boycott-Désinvestissement-sanction (BDS).
Sous la pression d’Israël et de ses inconditionnels français, Nicolas Sarkozy et François Hollande avaient mis le doigt dans l’engrenage de la criminalisation. Mais sur des milliers d’action, seules quelques-unes avaient été jugées.
Car ce n’est pas si simple. Il n’existe pas de loi réprimant le boycott. Et le jugement de la Cour de cassation de 2015 pourrait être « retoqué » par la Cour européenne des droits de l’Homme. Federico Mogherini, la ministre européenne des Affaires étrangères, a précisé : « L’Union européenne se positionne fermement pour la protection de la liberté d’expression et de la liberté d’association, en cohérence avec sa Charte des droits fondamentaux, qui est applicable au territoire des États membres, y compris en ce qui concerne les actions BDS. »
C’est une question de liberté, mais aussi d’efficacité dans la solidarité. Car il y a le boycott militant, mais aussi institutionnel : quand le Fonds de pension pour l’avenir de Norvège, la Danske Bank, la société de sécurité G4S ou encore Veolia et Orange se retirent des Territoires occupés, voire d’Israël, on comprend l’inquiétude des dirigeants israéliens. En qualifiant BDS de « menace stratégique majeure », Netanyahou nous montre le chemin. La meilleure réponse à la radicalisation de Tel-Aviv et de Washington, c’est BDS !

1 | ... | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | ... | 97 |