Collection La Petite littéraire

Thierry Pelletier La Petite Maison dans la zermi

Suivi de Tox Academy.

— Nouvelle édition 2014 —

« Travailleur social enthousiaste pendant près de dix ans, je suis aujourd’hui un chômeur rural pas trop déprimé. Je n’ai plus très envie d’être le kapo bienveillant de mes frères humains. Je me borne à raconter ce que j’ai cru voir et entendre. Je ne vais pas me fatiguer à essayer de démonter les rouages d’un système qui broie des hommes et en sous-paye d’autres, pour maintenir les premiers dans une survie résignée. De toute façon, seuls les imbéciles et les porcs peuvent encore croire à la pérennité d’un tel monde. »
Thierry « Cochran » Pelletier est né à Saint-Maur en 1965, il est l’auteur des Rois du rock (Libertalia, 2013). C’est son expérience d’éducateur aux côtés des toxicomanes et des SDF qu’il raconte ici, dans une gouaille âpre et imagée.

Préface de Patrick Eudeline.
Illustrations de Chester, Pico, Thierry Guitard, Zimba, Toma Sickart, Faba, Riri, Krokaga, JB, Natcha, Éric, Dédé Macchabée, Nono le Hool’s, Ronan, Captain Cavern.
Photographie de couverture : Yann Levy.

Regarder

Ce soir ou jamais, France 3 (17/10/2007).
Thierry Pelletier était invité au débat de l’émission consacrée à la précarité.

Revue de presse

- Le Monde, vendredi 18 mai 2007 :
« (...) Un témoignage sombre et narquois, illustré avec force par quinze dessinateurs. »

- Libération, jeudi 26 avril 2007 :
« Immersion participante et émersion par l’écriture d’un enfer que régissent dope, sexe, vol, mort : l’expérience (...) d’un travailleur social enthousiaste, aujourd’hui chômeur rural. »

- L’Humanité, 7 avril 2007 :
« Un manifeste en pleine campagne présidentielle par quelqu’un qui n’a rien à vendre si ce n’est de l’intelligence et de la colère, ce qui ne fait pas de mal. Même si on espère que ça fera des dégâts. »

- Le Nouvel Observateur, 1er novembre 2007 :
« Les contributions de dessinateurs donnent à ce reportage une belle allure de roman graphique radical, hanté par le désir simple d’un monde vivable par tous. »

- Elle, 18 juin 2007 :
« Son style est sec, drôle, cruel. Thierry Pelletier ne tombe jamais dans le pathos mais on sent bien à travers ces lignes toute l’empathie qu’il porte à ces "exclus" (...). Et on sent aussi sa rage contre "un système qui broie les hommes". »

- Rolling Stone, n°51, mai 2007 :
« (...) Pas d’apitoiement(s) à deux balles cinquante. Il est question ici de réalité, non de fantasmes. Le résultat est brutal, sauvage comme un riff approximatif, mais saturé d’un humanisme et d’une rage qui font (cruellement) défaut à ce genre de témoignage. (...) Nous tenons là un spéciment rarissime : un écrivain, un vrai. »

- Le Monde Libertaire, 12 avril 2007 :
« À nous de tirer les enseignements d’un tel livre. C’est un bon coup de poing dans la gueule. Il serait fracassant de le transformer en un feu d’artifice qui ferait disparaître toutes les petites maisons dans la zermi. »

- Le Monde Libertaire, 5 avril 2007 :
« Thierry nous livre une tranche de sa vie. Dix ans passés comme éducateur dans une institution, une association recevant un public de personnes « défavorisées », toxicomanes, alcooliques, parfois en sevrage, en désespérance toujours. »