Hors collection

Raoul Vaneigem Histoire désinvolte du surréalisme

Histoire désinvolte du surréalisme.
Raoul Vaneigem [Jules-François Dupuis]

L’Histoire désinvolte du surréalisme a été rédigée en 1970, alors que Raoul Vaneigem participait à l’Internationale situationniste (IS), à la demande d’une maison d’édition qui projetait de la publier dans une collection destinée aux lycéens. La collection ayant été abandonnée, le manuscrit fut restitué et resta confiné dans un tiroir pendant quelque temps, jusqu’au jour où Jean-Claude Hache, à la recherche de textes à éditer, en prit connaissance et obtint l’accord pour une publication. Le livre parut un an plus tard chez Paul Vermont (John Gelders) sans avoir été relu. En 1988, Pierre Drachline confia aux éditions L’instant le soin de le republier. Non relu, le texte a les mérites et les inconvénients de la spontanéité. Le pseudonyme choisi pour les premières publications, Jules-François Dupuis, concierge de l’immeuble où mourut Lautréamont et signataire de son acte de décès, dit assez que l’ouvrage participe essentiellement de ces divertissements érudits où l’on prend plaisir à se dissiper. En six chapitres et quelque 200 000 signes, Raoul Vaneigem pointe les forces et les faiblesses du mouvement surréaliste, tout en rendant hommage à Crevel, Artaud et Péret. Le texte est à la fois mordant et polémique, instructif et passionnant, une fois passées les premières pages assez hermétiques, peut-être destinées à faire fuir le lecteur insuffisamment attentif.

Cet ouvrage a été traduit en anglais par Donald Nicholson-Smith (membre de la section anglaise de l’Internationale situationniste, traducteur de Guy Debord, Antonin Artaud, Jean-Patrick Manchette, Henri Lefebvre, et bien sûr de Raoul Vaneigem) sous le titre : A cavalier history of surrealism (AK Press, 1999). Il a également été traduit en italien, Storia disinvolta del surrealismo (AAA, 1997).

Comme l’explique Raoul Vaneigem dans son avant-propos : « Le livre n’est pas dénué d’agressivité, de partialité, voire de mauvaise foi […]. Je revendique en revanche sa partialité. Je continue à penser qu’à la différence de l’hypocrite objectivité, exposer carte sur table de très contestables opinions autorise le lecteur à intervenir dans le jeu, en connaissance de cause. Amender des outrances convainc aussi de pousser plus loin l’analyse et permet, au passage, d’incendier quelques préjugés. Bien que les situationnistes n’aient pu empêcher l’idéologie situationniste – le situationnisme – de se répandre en remugles de mondanité, la radicalité de leur pensée demeure intacte et poursuit son chemin. De même, le noyau qui rayonna de l’expérience vécue par les dadaïstes et les surréalistes n’a rien perdu de son caractère infrangible. Il continue à frapper de dérision les foires mercantiles de la récupération, il dévaste de son rire inextinguible les champs d’opium culturel où broutent ceux qui n’ont d’existence que par l’esprit, et dont tirent profit les gens de pouvoir et les prédateurs en tous genres. »

L’auteur

Raoul Vaneigem est né à Lessines (Belgique) en 1934. Par l’intermédiaire d’Henri Lefebvre, son professeur de sociologie, il est mis en contact avec Guy Debord et participe activement à l’Internationale situationniste, de 1961 à sa démission en 1970. L’une de ses œuvres les plus célèbres est le Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations (Gallimard) paru en 1967. Dans Le Livre des plaisirs (1979), il renouvelle son invitation à une « jouissance sans entrave » et à une critique sans concession de la société marchande. Médiéviste reconnu, il a travaillé sur les hérésies et la résistance au christianisme (voir Les Hérésies, collection « Que sais-je ? », PUF, 1996). Parmi ses autres œuvres, mentionnons Nous qui désirons sans fin (1996, Le Cherche Midi ; Gallimard, 1998) ; Avertissement aux écoliers et lycéens (Mille et Une Nuits, 1998) ; Entre le deuil du monde et la joie de vivre (Verticales, 2008) ; L’État n’est rien, soyons tout (Rue des cascades, 2010).

Voici un lien vers le site d’Article 11 afin d’en savoir davantage sur l’auteur :
www.article11.info/ ?Raoul-Vaneigem-Ici-les-citoyens

Libertalia et Vaneigem

Comme bien d’autres avant nous, nous avons été durablement marqués par l’hédonisme radical du Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations, lu au milieu des années 1990. Depuis, nous n’avons cessé de suivre l’actualité éditoriale de Raoul Vaneigem. C’est en travaillant sur la traduction de Crack Capitalism de John Holloway (proche, lui aussi, du mouvement zapatiste mexicain) que nous avons découvert l’existence de L’Histoire désinvolte du surréalisme, rédigée par Jules-François Dupuis, publiée en 1977, puis en 1988 par deux éditeurs différents. Après lecture de ce texte, nous avons sollicité un ami commun, l’éditeur Marc Tomsin (Rue des Cascades) et obtenu de Raoul Vaneigem qu’il rédige un avant-propos et signe la réédition de son véritable nom, tout en mentionnant également le pseudonyme sur la première de couverture

176 pages — 13,00 €
ISBN : 9782918059387
Parution : octobre 2013

Acheter ce livre en ligne