Hors collection

Niklas Frykman Mutineries

À bord des vaisseaux insurgés (1789-1799) .

Pendant la période révolutionnaire (1789-1799), de nombreuses mutineries éclatèrent dans les principales marines de guerre européenne. Pendant qu’à terre les roturiers se dressaient contre le pouvoir et les privilèges de l’aristocratie – faisant table rase des traditions féodales dans l’économie et les institutions –, et que les esclaves se soulevaient dans les plantations des Antilles – menaçant la pérennité du commerce mondialisé –, des dizaines de milliers de matelots dirigèrent leurs armes contre leurs officiers et renversèrent pendant quelque temps l’autorité absolue des capitaines. Au tournant du siècle, de 35 à 50 % des marins servant dans l’Atlantique nord avaient participé au moins une fois à une mutinerie.

Dans son passionnant essai, Niklas Frykman explore cette décennie de conflits à bord des vaisseaux des armées navales. Il montre comment la radicalité des mutineries mêlait les cultures égalitaires des communautés maritimes atlantiques et le républicanisme constitutionnel des peuples en révolution. Cette tentative de construire une « république flottante » a fini par échouer, mais le drapeau rouge que hissaient les mutins de l’Atlantique a subsisté, lui, pour devenir le symbole le plus durable et le plus universel de la lutte des classes, de la justice sociale et de la liberté républicaine.

Le texte courant se compose d’une introduction, de cinq grands chapitres et d’une conclusion, enrichis de quatre cartes et de dix illustrations. L’apparat est constitué de près de 500 notes et d’une bibliographie exhaustive de plus de 300 ouvrages cités. Les très nombreuses citations françaises ont toutes été vérifiées une à une par le traducteur dans les sources documentaires, imprimées ou manuscrites, et transcrites telles quelles : elles sont donc citées textuellement au fil du texte courant (sans jamais avoir recours à la retraduction).

Dans le premier chapitre, l’auteur traite du contexte dans lequel les mutineries ont eu lieu : il décrit notamment en détail l’évolution technologique et les conditions de travail, à la fin du xviiie siècle, à bord des vaisseaux des marines de guerre européennes et dresse un profil sociologique des marins qu’elles recrutaient de gré ou de force.

Le deuxième chapitre est consacré à l’agitation et aux mutineries dans la marine française de 1790 à 1793, tant dans les ports de Brest et de Toulon qu’aux Antilles, ainsi qu’à l’irruption de l’exigence républicaine dans les rapports hiérarchiques et dans la question coloniale, souvent en discordance avec le pragmatisme circonspect, pétri de contradictions, du nouveau pouvoir issu de la Révolution.

Le troisième relate la reprise en main de la marine française lors de la guerre entre la France républicaine et les monarchies autocratiques du continent, soutenues par la Grande-Bretagne. L’auteur décrit ensuite les conséquences de la guerre dans la flotte de la République batave, alliée de la France, et dans la Royal Navy, leur principal adversaire sur mer.

Le quatrième relate en détail l’histoire méconnue des grandes mutineries des flottes britanniques du Nore et de Spithead en 1797, vues comme un épisode précurseur de la lutte des classes de l’ère industrielle.

Le cinquième retrace les agissements séditieux des marins irlandais de la flotte britannique et les derniers feux de l’esprit de révolte dans les flottes européennes.

Intérêt de publier The Bloody Flag en français

The Bloody Flag fait, en quelque sorte, suite aux quatre ouvrages de référence de Marcus Rediker qui ont été publiés en français sous les titres suivants : Les Forçats de la mer et Pirates de tous les pays (Libertalia, 2010, 2008) ; L’Hydre aux mille têtes (éd. Amsterdam, 2008) ; À bord du négrier : une histoire atlantique de la traite (Le Seuil, 2015).

En France, toutes celles et ceux qui s’intéressent aux aspects sociaux et militaires de la Révolution française et à ses effets tant en Europe que dans les colonies d’outre-mer sauront apprécier la chronique détaillée que tient Frykman des mutineries dans la marine française et des événements contextuels : transformation tumultueuse de la « Royale » en marine républicaine, effets de la Révolution dans les arsenaux de Brest et de Toulon ou à bord des vaisseaux de l’armée navale, sédition et troubles révolutionnaires aux Antilles, qui préludent à l’indépendance haïtienne.

En outre, les lecteurs curieux des luttes sociales que l’histoire officielle a passablement occultées trouveront extrêmement instructif le récit passionnant qu’il fait des grandes mutineries de la flotte du Nore en Angleterre, qui ne sont pas sans points communs avec celles qui eurent lieu dans les marines de guerre russes et allemandes entre 1917 et 1921.

Mais la pertinence de cet essai tient avant tout à l’analyse historique transnationale de ces conflits sociaux et politiques originels, qui s’inscrit dans une perspective critique de l’histoire de la mondialisation. À ce titre, il intéressera le large éventail des lecteurs qui s’interrogent sur la formation originelle de la société capitaliste actuelle – enfance fort tempétueuse qui en dit long sur son essence même.

L’auteur

Niklas Frykman est un historien né en Suède. Il s’intéresse au rôle de la mer, et notamment de l’océan Atlantique, dans la construction du monde moderne.
Il enseigne à l’Université de Pittsburgh (USA).
Il a publié The Bloody Flag en 2020 (University of California Press).
Il est un ami et collaborateur de Marcus Rediker, qui a été son directeur de thèse. Son travail de recherche s’inscrit dans la lignée des écrits de ce dernier et de ceux de Peter Linebaugh.

Le livre dans l'agenda

  • Aucun rendez-vous à venir.

Le livre dans le blog

  • Aucun article dans le blog.
Prochainement

Format 140/205
Parution : 22 septembre 2022
ISBN physique : 9782377292639
ISBN numérique : 9782377292646