Hors collection

Nedjib Sidi Moussa La Fabrique du Musulman

Essai sur la confessionnalisation et la racialisation de la question sociale.

« L’extrême confusion de nos contemporains, gavés de publireportages et d’infodivertissement, doit beaucoup à la liquidation programmée de toute espèce de conscience historique. Laminée par un présentisme omniprésent, celle-ci est remplacée par une “guerre de mémoires” où des héritiers proclamés prétendent assumer en bloc les actes de leurs prédécesseurs. Ces derniers opèrent leur sélection parmi un stock de figures de la subversion acceptables par la doxa, refusant ainsi tout droit d’inventaire, pour mieux opposer leur pédigrée fantasmé à celui de leurs adversaires du moment. Par conséquent, la généalogie tient lieu de programme, la filiation devient un manifeste et la famille un horizon. Pourtant, l’histoire ne commence ni ne s’arrête en 1492 ou en 1830. Révoltés et révolutionnaires poursuivent la révolution mexicaine de 1910, la révolte de Kronstadt en 1921, les barricades de Barcelone en 1936, le soulèvement du ghetto de Varsovie en 1943, l’insurrection de Budapest en 1956, la grève générale de mai-juin 1968 en France, le soulèvement de Soweto en 1976, les émeutes d’octobre 1988 en Algérie, etc. Sur la voie de l’émancipation, il n’y a pas à choisir entre les meilleurs combats de Mohamed Saïl et Buenaventura Durruti, Lucy Parsons et Ghassan Kanafani, Fatma Mezrag et Tha Thu Tau, Mustapha Ben Mohamed et Emma Goldman, Abraham Serfaty et Doria Shafiq. »

La Fabrique du Musulman propose une réflexion originale sur la confessionnalisation et la racialisation de la question sociale en France. En revenant sur les processus à l’œuvre depuis une quinzaine d’années, cet essai souligne le rôle des politiques, toutes tendances confondues, dans la propagation d’une fièvre identitaire qui brouille les clivages économiques et sociaux. Ce livre interroge plus particulièrement l’inclination de certaines tendances de la « gauche de la gauche » qui s’allient par opportunisme ou aveuglement avec des courants réactionnaires censés représenter les quartiers populaires. Car l’action combinée de racistes, antiracistes et entrepreneurs communautaires conduit à la formation d’une nouvelle caste travaillée par les obsessions religieuses ou raciales, tout comme l’ensemble d’une société apeurée par le terrorisme islamiste et fragilisée par les politiques antisociales des gouvernements successifs. Cet ouvrage s’inscrit résolument dans la perspective de l’émancipation individuelle et collective, en s’appuyant sur les meilleurs combats des révoltés et révolutionnaires de tous les pays.

L’auteur

Nedjib Sidi Moussa est né en 1982 à Valenciennes dans une famille de réfugiés messalistes. Engagé à gauche, il a été assistant d’éducation, analyste politique et enseignant dans plusieurs universités. Docteur en science politique, il a fait paraître une dizaine d’articles scientifiques sur l’Algérie. Il écrit également de la poésie.

Le livre dans l'agenda

  • Aucun rendez-vous à venir.

Le livre dans le blog

  • Aucun article dans le blog.
Prochainement

160 pages — 8 €
ISBN : 9782918059967
Parution : 19 janvier 2017

Édition poche