Coéditions

Walter Markov Jacques Roux, le curé rouge

Jacques Roux, un « curé rouge » dans la Révolution française.
Jacques Roux est né en Charente (1752) dans une famille nombreuse. Devenu prêtre, vicaire de Saint-Nicolas-des-Champs, section des Gravilliers, il rallie le clergé constitutionnel en 1791. Il est l’un des commissaires chargés d’assister à l’exécution de Louis XVI. Il fréquente le club des Cordeliers, qui approuve une adresse lue à la Convention le 25 juin : le « Manifeste des Enragés ». Robespierre le dénonce comme « exagéré ».
Trois jours après le meurtre de Marat, qu’il a connu et hébergé, Roux publie la suite d’un de ses journaux, Le Publiciste de la République. Il y affirme : « Les productions de la terre, comme les éléments, appartiennent à tous les hommes ; […] le commerce et le droit de propriété ne sauraient consister à faire mourir de misère et d’inanition ses semblables. »
Il mène une campagne tardive contre la Terreur, qui ne frappe que les pauvres et ceux qui gênent les hommes d’État. Il approuvera le mouvement de déchristianisation.
À nouveau attaqué par Robespierre, Roux est arrêté, accusé d’avoir voulu « avilir les autorités constituées ». Persuadé qu’il sera condamné par le Tribunal révolutionnaire, il se poignarde et meurt le 10 février 1794.
Marx le considère comme l’un des précurseurs du communisme.

Walter Markov, un historien mis sous le boisseau
L’historien Walter Markov (1909-1993) a fait carrière dans l’ex-RDA, à Leipzig. Emprisonné comme communiste pendant la Deuxième Guerre mondiale, il sera victime des tracasseries du régime Ulbricht pour son marxisme « non-orthodoxe ». Il consacre plus de dix ans de sa vie et quatre livres à Jacques Roux. Il rencontre Albert Soboul en 1954, et collabore avec l’Institut d’histoire de la Révolution française et la Société des études robespierristes, coéditrice du présent ouvrage.
Malgré ces relations, son travail – récemment réédité en Allemagne – n’avait pas été traduit plus tôt en français. Avant tout parce qu’il fait la part trop belle à un Enragé « gauchiste » face à la figure d’un Robespierre incorruptible… et « intouchable ».

Le livre dans l'agenda

  • Aucun rendez-vous à venir.

Le livre dans le blog

  • Aucun article dans le blog.
Prochainement

Traduit de l’allemand par Stéphanie Roza
Ouvrage coordonné par Claude Guillon, Jean-Numa Ducange, Serge Aberdam, Matthias Middell
Coédition avec la Société des études robespierristes
Parution : 19 octobre 2017
ISBN : 978-2-37729-013-0