Collection À Boulets rouges

Ricardo Flores Magón Propos d’un agitateur

—NOUVELLE ÉDITION 2015 —
Édition augmentée de deux textes inédits traduits par David Doillon.

« L’honnêteté ne vit pas à genoux, prête à ronger l’os que l’on daigne lui jeter. Elle est fière par excellence. Je ne sais si je suis honnête ou non, mais je dois t’avouer qu’il m’est insupportable de supplier les riches de m’accorder, au nom de Dieu les miettes de tout ce qu’ils nous ont volé. Je viole la loi ? C’est vrai, mais elle n’a rien à voir avec la justice. En violant les lois promulguées par la bourgeoisie, je ne fais que rétablir la justice bafouée par les riches, qui volent les pauvres au nom de la loi. »
(in Le mendiant et le voleur, chapitre complet à télécharger ci-contre)

L’auteur

Ricardo Flores Magon (1873-1922) fut l’un des principaux théoriciens de la Révolution mexicaine. Responsable du journal Regeneración, il incarne la tendance radicale, anarchiste et poétique des mouvements qui combattaient pour la terre et la liberté (Tierra y Libertad). Le mouvement zapatiste contemporain de Marcos et la toute récente Commune de Oaxaca (2006) doivent beaucoup à cette pensée allégorique.

Sur la toile

-Le site du dessinateur Thierry Guitard

Revue de presse

- Bernard Langlois, in Politis, 24 décembre 2008
« Connaissez-vous Ricardo Flores Magon (1873-1922) ? Ce fut l’un des principaux théoriciens de la révolution mexicaine. Né dans l’État d’Oaxaca, père indien, mère métisse, il devient journaliste après des études de droit, manifeste contre Diaz (le militaire au pouvoir à l’époque), fait de la prison, fonde un journal, Regeneration, pour protester contre les dysfonctionnements de la justice, et finit par s’exiler au Texas pour y poursuivre son combat par le verbe et la plume. Ce sont ces Propos d’un agitateur que rééditent les éditions Libertalia. Goûtez : “De Prométhée à Kropotkine, les révoltés ont été les moteurs de l’humanité. Le dépassement qui caractérise les instants privilégiés de l’histoire, c’est la révolte. Sans elle, le genre humain se traînerait encore dans cette lointaine pénombre que les historiens appellent l’âge de pierre…” De la même maison d’édition, un recueil de témoignages de sans-papiers retenus au Centre de Vincennes, où la mort de l’un d’eux, un Tunisien, en juin dernier, a provoqué des troubles et l’incendie du bâtiment : les bénéfices de ce petit bouquin poignant sont reversés aux retenus inculpés à la suite de l’incendie. »

Le livre dans l'agenda

Le livre dans le blog

  • Aucun article dans le blog.